INTERVIEW SEYDGER

INTRODUCTION

J’ai le plaisir de vous annoncer le début d’une nouvelle rubrique parmi nos actualités, les interviews! Celles-ci ont pour but de permettre à nos membres ainsi qu’aux personnes extérieures à la corporation militaire des FAGAL de découvrir la personnalité de ses dirigeants et de son personnel dans le but de mieux les connaître!

Tout de suite accueillons notre premier invité. Bonjour Seydger et merci d’avoir accepté de te livrer à la première d’une série d’interview des principaux responsables des FAGAL!

YAMADE: Peux-tu te présenter et nous dire quel est ton statut au sein des FAGAL?

SEYDGER: On me connaît principalement sous le nom de Seydger, « James Kalidias » pour le RP, ou encore Jérémy pour les intimes. Je suis le co-fondateur des Forces Armées Galactiques.

YAMADE: Comment as-tu connu Star Citizen? Depuis combien de temps y joues-tu?

SEYDGER: J’étais encore assez jeune, on entendait de plus en plus régulièrement parler de KickStarter et des projets projets fous soutenus par les communautés de fans. Un jour de fin 2012, je naviguais dans les projets et je suis tombé sur Star Citizen.
Honnêtement, ça me faisait rêver mais je n’étais pas tout de suite conquis par le projet. J’ai continué de checker les infos de temps en temps, et c’est courant 2013 que j’ai commencé à vraiment rencontrer la communauté. C’était excitant et effrayant. D’un côté on voyait clairement l’ampleur que ça prenait et l’engouement que ça générait, mais on voyait aussi les promesses totalement rocambolesques - pour l’époque - se multiplier et ça ne rassurait pas vraiment.
Mais bon, fin 2013, j’ai fini par craquer. En ce qui concerne d’y jouer… disons que j’ai (longuement) connu cette époque où on n’avait rien de mieux à faire que de se promener dans son hangar pour découvrir son futur vaisseau qui ne volait pas encore.


YAMADE: Qu’est-ce qui t’a motivé à créer les FAGAL? Quel est ton rôle au sein de celle-ci?

SEYDGER: Pendant longtemps j’ai été très proactif du point de vue communautaire, j’étais aux études et j’avais du temps libre – Star Citizen nourrissait mon imagination.
Il faut se dire que le paysage communautaire était bien différent auparavant ; si je suis persuadé qu’il y a encore de nombreuses opportunités inexplorées aujourd’hui, avant communautairement c’était clairement une page blanche. On avait vite fait le tour. Donc c’est assez simple : à force de rencontres je me rendais compte que j’avais une vision quelque peu différente quant au potentiel de ce jeu et de ses communautés. Je voulais proposer un modèle d’organisation plus équilibré, qui met l’accent sur l’épanouissement du joueur sans nier ses ambitions.
Aussi, il y avait un camarade rencontré au tout début et dont nos chemins ne cessaient de se croiser : Massalian. Il est aujourd’hui mon co-fondateur et Commandant des Armées. Si nos points de vue étaient parfois différents, je savais que je pouvais compter sur sa détermination pour construire un projet organisé sur le long-terme. C’est ensemble que cette aventure a commencé.

Aujourd’hui, je suis le “Haut-Consul” des Forces Armées Galactiques, son chef politique et stratégique.
La réalité est que Star Citizen est à l’heure actuelle plus proche de la démo technique que d’un jeu, ou même d’une Alpha. Avec les FAGAL c’est le long terme qu’on vise.
Mon rôle actuel est plus comparable à celui d’un président de conseil d’administration ; cela me permet de guider le projet dans une construction lente mais sûre, tout en me laissant du temps libre pour achever des projets prioritaires dans la vraie vie et être frais pour la bêta de Star Citizen, où les choses sérieuses vont vraiment commencer.

YAMADE: Quelles sont les ambitions au long terme de la FAGAL et qu’est-ce qui pourrait motiver quelqu’un à souhaiter incorporer nos rangs selon toi?

SEYDGER: Star Citizen a cette particularité d’impliquer les joueurs, de ne pas les laisser indifférents, la communauté est régulièrement prise d’amour et colère contre ce jeu : elle est passionnée. Sur le long terme nous voulons servir cette passion, et assez rapidement même.
Notre but est clair, offrir un environnement de jeu épanouissant, personnellement et collectivement. Nous avons de grands projets et nous voulons nous imposer comme une force européenne dominante. Nous sommes là pour marquer l’histoire et aider nos joueurs à forger la leur.
Actuellement nous avons déjà plus de quatre ans d’ancienneté. Il ne faut pas se méprendre, ce n’est pas un chiffre négligeable du tout pour une communauté Star Citizien, considérant qu’il n’y a pas encore de jeu à proprement parler. Nous avons déjà bravé vents et marées, pourtant nous sommes encore là et plus confiants que jamais.
Chaque jour où nos concurrents s’empêtrent dans les débats, de la diplomatie et la succession de leurs responsables, nous ? nous jouons. Notre leadership est accessible, direct, dédié et stable.
Il y a deux faces aux FAGAL : la convivialité fraternelle de nos membres en première ligne, celle à laquelle n’importe qui peut prétendre pour simplement s’amuser ; et l’organisation dans son sens le plus professionnel, qui se constitue progressivement en fonction du mérite et des compétences de chacun, travaillant à préparer la sortie du jeu, garantissant notre robustesse.


YAMADE: Quelles sont tes attentes en ce qui concerne à la fois le jeu ou la corporation que nous sommes?

SEYDGER: J’espère qu’il va finir par sortir ! *joke*
Plus sérieusement : je dois avouer que l’attente est longue, même si dans mon cas je vois aussi cela comme plus de temps pour se préparer et être moi-même pleinement prêt pour la sortie du jeu.
Je ne m’attends pas à ce que toutes les promesses soient tenues mot pour mot. J’espère cependant un jeu complexe, réaliste (quitte à être lent) et je ne peux être qu’excité à l’idée de voir un rêve d’enfance se matérialiser. On parle de s’immerger dans un futur selon nos propres termes, d’exploration, de combat et de la possibilité de construire dans tous les sens du terme. Le critère principal étant d’avoir un jeu “qui compte”, persistant, où nos actions importent.
Peut-être assez paradoxalement, j’attends aussi une logistique compliquée grâce à laquelle chacun aura un rôle déterminant à jouer. Car finalement, ce qui est le plus excitant dans le jeu en ligne, c’est le teamplay.

YAMADE: Quel est ton vaisseau préféré et pourquoi celui-ci en particulier?

SEYDGER: Je dois avouer que le premier qui me vient à l’esprit c’est l’AEGIS Idris : symétrique, imposant et dynamique. Le design du vaisseau n’a cessé de se raffiner au fil des années et je ne peux m’empêcher de déjà imaginer des variantes personnalisées.

YAMADE: Si tu pouvais faire une demande particulière d’ajout de contenu à CIG, quel serait ton souhait ?

SEYDGER: On parle de contenu, donc on passe sur ce qui pour moi apparaît comme une priorité : de meilleurs serveurs.
À part cela, on nous a déjà présenté la création de modules pour des acquisitions de territoire, mais on parlait alors de préfabriqués et j’aimerais plutôt voir un vrai système de construction, ou à défaut, déjà la possibilité pour une organisation de “louer” (ou acheter) des étages d’un bâtiments dans les villes déjà existantes pour ses membres et ainsi avoir des hubs de guildes privés.

YAMADE: Et enfin, le dernier mot de l’invité, as-tu quelque chose à rajouter pour nos lecteurs?

SEYDGER: Merci à toi Adé pour cette initiative des plus sympathiques. Et vivement la 4.0 !


Merci Seydger pour avoir répondu à mon interview et à très bientôt pour un nouvel entretien !


Gloria pietas nostrum est, legatio et obligatio. Vive les FAGAL!